Aller au contenu principal
mar. 26 au jeu. 28 mars

JUSTICE•S

IDÉAL
Vincent Collet · Le joli collectif
26 mars | mardi · 20H
27 mars | mercredi · 20H
28 mars | jeudi · 20H
10€ avec la carte TU
TP 16€ / TP 14€ / TR 10€ / TSR 6€
0€ pour les étudiant·es de Nantes Université

Coréalisation TU / le lieu unique
TU-Nantes
1H + 45min
À partir de 14 ans

Quatre interprètes tentent de nous parler de justice avec justesse révélant la place nécessaire de l’accident et de l’inattendu, du repositionnement permanent que nécessite notre attention, notre jugement.

Un groupe de voyageur·euses s'embarque dans une démarche obsessionnelle de compréhension du monde qui l’entoure pour rétablir sa capacité à agir et à penser des futurs désirables. La scénographie se construit au fur et à mesure, telle une carte qui se déploie, et nous plonge dans cette aventure qui dessine les contours d’un sentiment sans doute un peu trop grand pour nous.
À l’issue du spectacle, le public est invité à découvrir sur le plateau une installation vidéo immersive, Le Grand Tour, composée de 6 films documentaires elle donne la parole à des habitant·es de Bretagne, Genève, Bruxelles, Québec, Nouvelle-Calédonie et Athènes sur la notion de justice. 

 

Distribution
JUSTICE·S - le spectacle — Conception, mise en scène : Vincent Collet - Co-auteur.ice.s et interprètation : Marie-Lis Cabrières, Vincent Collet, Fanny Fezans et Vincent Voisin - Collaborations artistiques : Pierre Déaux, Marion Le Guerroué - Scénographie : Marine Brosse Régie générale : Lucille Iosub - Son : Pierre-Olivier Boulant
JUSTICE·S, le Grand Tour – installation vidéo immersive - Monteurs vidéo : Florian Leduc (Bretagne), Laurent Valdès (Genève), Basile Beauvois (Belgique), Daniel Brière (Québec), Christophe Martin (Nouvelle-Calédonie), en cours (Athènes) - Régie vidéo : Quentin Vigier - Mixage son : Vivien Baignot - Régie vidéo et son (en alternance) : Pierre-Olivier Boulant, Fabien Gougeon

JUSTICE·S, cartographie sensible - la plateforme numérique — Conception : Vincent Collet - Webdesigner (en cours) - Création des contenus : Marie-Lis Cabrières, Vincent Collet, Fanny Fezans, Vincent Voisin - Contribution journalistique : Laure Anelli - Contribution cartographique : Alice Loumeau
Crédits
Production et diffusion : Florentine Busson et Rachel Dufief / Le joli collectif – Théâtre de Poche & Théâtre l’Aire Libre - Coproduction : La Passerelle – Scène nationale de St Brieuc, le Grütli (Genève), Théâtre de la Balsamine (Schaerbeek-Bruxelles), Mars-Mons arts de la Scène, Centre Culturel Tjibaou (Nouméa), Théâtre Périscope (Québec), La Grange, Centre / Arts et Sciences / UNIL (Lausanne), DSN – Dieppe Scène Nationale - Avec le soutien de l’Institut français à Paris et de la Région Bretagne, de l’Onda – Office national de diffusion artistique dans le cadre du dispositif Écran vivant, du Consulat général de France à Québec, de l’Office franco-québécois pour la jeunesse, du Ministère des Outre-mer dans le cadre du FEAC et de la Mission aux Affaires culturelles de Nouvelle-Calédonie. Ce projet a reçu l’aide à la production du Ministère de la Culture - DRAC de Bretagne, du fonds FEADER, programme européen LEADER pour le projet le réel au centre : le documentaire au théâtre. - Remerciements chaleureux à La Boîte Rouge VIF, au KET à Athènes et à tou.te.s les habitant.e.s qui ont participé aux entretiens.

Vincent Collet, metteur en scène, auteur et interprète

Artiste, voyageur, auteur et interprète basé à Rennes, Vincent Collet est adepte des chemins de traverse et des recompositions. Séduit par la créativité dramaturgique des auteures de langue allemande, il met en scène plusieurs textes de Kroetz, Schimmelpfennig ou Jelinek entre 2006 et 2015. En 2016, à la suite d’une rencontre avec Pierre Déaux, funambule, et Joël Fesel, scénographe, il réalise qu’il aime jouer et mettre en scène des histoires véritablement « actives » pour lui et commence alors à creuser un sujet qui lui tient à cœur : comment concilier l’individu et le collectif ? Un cycle de trois pièces débute autour de la question du pouvoir, intitulé POUVOIR / OU PAS. Avec quatre acteur·ices, placé·es au centre de cette expérimentation, qui deviendront « auteur·es » de leurs propres mots, il s’empare de sujets politiques en faisant de l’équipe et de ses membres des « sujets politiques ». C’est avec une naïveté non feinte qu’ils jouent essentiellement à construire sur scène une réflexion vivante qui inclut leurs contradictions et cherche le point d’équilibre dans des sujets impossibles. Il développe ce qu’il appelle un « théâtre de l’activité », qui emprunte aux jeux ludiques en tant qu’ensemble de règles et de codes à respecter sur scène, mixés à une expérience commune vécue hors scène. La fiction se crée alors dans l’œil du spectateur. Chaque pièce prend sa source dans un travail d’enquête qui, au-delà de l’aspect artistique, emprunte aux sciences sociales, aux militantismes ou aux neurosciences. Cette appétence pour la recherche dans ses projets le conduit à mener un parcours universitaire en parallèle. Après avoir obtenu un Master mise en scène et dramaturgie à l’Université Paris X – Nanterre en 2007, il reprend le chemin des amphithéâtres en 2021 en intégrant le master expérimentation en Arts politiques, fondé par Bruno Latour, à Sciences-Po Paris.