Aller au contenu principal
Votre navigateur est obsolète. En conséquence, ce site sera consultable mais de manière moins optimale qu'avec un navigateur récent.
> Mettre à jour son navigateur maintenant.
Interview à penser

Marine Bachelot Nguyen

En créations !

Comment naît l’idée d’un spectacle ? D’où vient sa nécessité ? Et pourquoi créer un spectacle aujourd’hui ? Rencontre avec Marine Bachelot Nguyen, metteuse en scène.

Quels sont les points de départ de ce spectacle  ?
Le choc des attentats de 2015, qui a généré beaucoup de peurs et d'amalgames, a accru le racisme et l'islamophobie, et ravivé certaines formes de patriotisme. L'envie de me saisir de questions brûlantes et complexes de la société française, par le biais d'une transposition du mythe d'Antigone. La question de la sépulture des auteurs d'attentats terroristes de 2015, l'absence de récit sur leurs familles, ou encore l'obsession française sur le foulard musulman sont venus nourrir l'écriture de ce texte destiné à devenir spectacle.

Comment naît le désir de création ?
Chez moi souvent d'une colère, qui fait naître une idée.

Comment se déroule le travail de création ?
En cherchant, en tâtonnant, en mettant plusieurs cerveaux et corps au travail sur le plateau, en se confrontant et en élaborant collectivement, dans le sillon et le cadre qu'on trace en tant que porteur ou porteuse de projet.

Quel est votre processus ?
Commencer à écrire un texte chez soi, éprouver les premières séquences en lecture avec des interprètes et du public, sous forme de crash-test. Poursuivre l'écriture, se nourrir des retours, de l'actualité, éprouver le texte au plateau, naviguer entre le papier et le plateau, réunir une équipe d'interprètes et de collaborateurs.trices artistiques plus définitive, affiner, répéter par fenêtres, poser des strates, dégager des horizons, créer dans un petit sprint de dernière ligne droite en général. Tout cela parallèlement au travail de montage de production. Ce qui prend souvent plusieurs années.

Qu’est-ce qui se transforme pendant ce temps ?
Le texte (son architecture, la fiction, les personnages), la distribution (qui en 3 ans de montage de production est amenée à varier), le contexte de réception du texte, ses échos et résonances.

Combien de temps avez vous besoin pour créer un spectacle ?
Pour cette dernière création, je vais arriver à environ 9 semaines de répétitions et de travail au plateau, ce qui est une première pour moi. Mes spectacles précédents ont été créés en 4 à 6 semaines.

Quelle définition avez-vous du spectacle ?
Un moment présent et vivant où des interprètes et un public se rencontrent, autour d'une œuvre que les uns incarnent et font exister, et que les autres regardent et ressentent.

Quels sont les enjeux pour vous de la création contemporaine ?
Ausculter notre présent et ses mutations. Saisir ou déplacer le social, l'humain, le politique avec des armes poétiques.

Quel est votre moteur ?
Une urgence à dire. Transformer une certaine impuissance en puissance d'appréhender et d'agir.

Ce que vous préférez dans votre métier ?
L'élaboration du texte et de la mise en scène bien sûr, mais encore plus le moment de la rencontre du spectacle avec le public.

Pourquoi aller voir un spectacle aujourd’hui ?
Pour sortir de derrière ses écrans et déconfiner ses sens ?

Quel est votre premier souvenir de spectateur ?
Un conteur qui raconte des histoires de fantômes dans un château, et je pleure.


Propos recueillis en juin 2020
Akila - Le Tissu d'Antigone, création en nov. 2020 au TU