Aller au contenu principal
Interview à penser

Guillaume Bailliart en toutes premières fois

Interview

Guillaume Bailliart étudie au Conservatoire d’Avignon puis suit le cursus du compagnonnage-théâtre à Lyon, dont il sort victorieux en 2002. En 2013, il crée le Groupe Fantômas et réalise une performance en solitaire: Tartuffe d’après Tartuffe d’après Tartuffe d’après Molière. Il intervient souvent en tant que pédagogue, car la question du jeu est au centre de son travail. En 2019, il crée Désordre du discours, mis en scène par Fanny de Chaillé d’après Michel Foucault (à voir en mars au TU)  puis il planche avec Fantômas sur l’adaptation du roman La Centrale en Chaleur de Genichiro Takahashi qu’il présente en décembre 2021 au TU. 

Quel est ton premier émoi de spectateur ? 
Premier émoi, je ne sais pas trop, il y a un spectacle qui m'a beaucoup marqué quand j'étais étudiant à Avignon c'est La sortie de Hans Van den Broeck. C'était quelque chose de vivant ce spectacle et pas une "représentation". 

À quand remonte la première fois ou tu as voulu être metteur en scène ? où tu as voulu faire du théâtre ?
J'ai plutôt envisagé le jeu et la mise en scène comme deux disciplines avançant côte à côte; je serais donc plutôt du côté "faire du théâtre" que du côté "être metteur en scène". Je crois que je me suis bêtement intéressé au théâtre parce qu'il y avait beaucoup de filles inscrites à l'atelier théâtre du lycée, j'étais très intéressé. Ensuite et petit à petit, le mélange de plaisir ludique et d'excitation intellectuelle qui peuvent composer la pratique du théâtre ont achevé de me décider à essayer d'en faire un métier.

La Centrale en Chaleur c'est le premier titre auquel tu as pensé pour ce spectacle ? pourquoi ce titre ?  
Parce que c'est le titre du Roman La Centrale en Chaleur de Genichiro Takahashi, traduit par Sylvain Cardonnel, que nous avons décidé d'adapter. Ce titre est parfait.

La première date d'un spectacle, ça te met dans quel état ? 
J'oscille entre espoir, attente, déception et curiosité.

Propos recueillis en déc. 21