Aller au contenu principal
Interview à voir

Alou Cissé dit Zol

Bam ! L'interview

Alou Cissé dit Zol est un jeune danseur et chorégraphe malien, également directeur de l’association Graine de danseurs qui s’emploie à promouvoir la danse à Bamako. Il présente sa toute nouvelle création au TU Waati et surgit dans la ville à moto dans Sauvons la nature : un ballet poétique pour l’urgence environnementale. 

Quel est le point de départ de votre spectacle ? L’origine de ce travail est le décès de mon père. Il était malade et souffrant à l’hôpital, j’étais auprès de lui et je suis allé remplir une bouteille d’eau pour l’hydrater. Le temps que je revienne, il était parti. Cette bouteille est devenue le symbole de ce qui m’a détourné du moment de sa mort. Mon père était ouvrier, et j’ai bien conscience que c’est aussi la rudesse de son travail qui a fini par l’épuiser complètement. Il y a donc cette idée de l’objet «  bouteille / canette » qui m’a empêché d’être présent à ses côtés, la production de cet objet est aussi celle qui aura eu raison de ses forces et de son épuisement.

Quel est votre moteur ? Qu'est-ce qui vous inspire ? Je pense que ce sont surtout des valeurs morales et éthiques, j’essaye en tout cas de toujours avancer avec elles comme compagnon. Je suis musulman, les moments de prières sont très important pour trouver des solutions et des réponses au sein meme de mon travail artistique. Les hiérarchies de puissances, de classe, de race me heurtent profondément.

Votre rêve le plus fou ? Avoir les épaules suffisamment solides pour contribuer à porter le Mali haut dans le monde de l’art. Que moi ou l’un de mes camarades malien parviennent à une reconnaissance internationale pour le travail que l’on mène. J’ai aussi le rêve d’une installation un peu folle à Bamako, de recouvrir entièrement de plastique le Pont Martyr !

Quel est votre premier souvenir de spectacle ? La première fois que j’ai vu une femme nue sur scène, elle était enceinte et écartait les jambes, je n’ai pas réussi a tenir le regard, c’était trop !

Propos reccueillis en mai 2021